Fonds d'urgence

Urgence
Soutenez notre Fonds d'urgence
Soutenez notre Fonds d'urgence
Soutenez notre Fonds d'urgence
Soutenez notre Fonds d'urgence
Fermer
Restez informé
Alliance Urgences lance des collectes de fonds lorsque surviennent des urgences humanitaires à travers le monde comme des catastrophes naturelles, conflits, épidémies, famines…
Inscrivez votre adresse email pour être averti du lancement de notre prochain appel d’urgence.
Armes explosives Ukraine Handicap International
Etude de cas Télécharger
Étude
01.05.2024

Hors d’atteinte : L’impact des armes explosives en Ukraine- Focus sur les zones difficiles d’accès

Quand les armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, elles ont des impacts directs et indirects sur la fourniture de services, la cohésion des communautés, l’accès humanitaire, la satisfaction régulière des besoins fondamentaux, la sécurité physique, la santé mentale et le bien-être psychologique, ainsi que sur d’autres aspects sociaux et économiques. Les défis et les conséquences humaines dans les zones difficiles d’accès – telles que les oblasts de Kharkiv, Mykolaïv et Kherson – montrent un schéma systématique et spécifique de dommages causés par les armes explosives pendant et après les conflits armés.

Depuis l’intensification de la guerre en février 2022, les besoins de la population civile en Ukraine sont devenus immenses, notamment en matière de santé, d’éducation, de moyens de subsistance, de logement, de sécurité alimentaire, d’eau potable, de services énergétiques, de services sociaux, d’égalité de genre et de protection des personnes handicapées et d’autres groupes marginalisés. L’OCHA estime que plus de 14,6 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire en Ukraine. L’Ukraine compte actuellement plus de 3,6 millions de personnes déplacées internes et le nombre de personnes non déplacées ayant besoin d’une aide humanitaire reste élevé.

Depuis le 24 février 2022, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) a recensé 29,330 victimes civiles dans le pays : 10,191 morts et 19,139 blessés.1 Sur ce nombre total de victimes civiles, 8,586 personnes ont été tuées et 18,131 blessées par des armes explosives à large rayon d’impact. Par ailleurs, 339 personnes ont été tuées et 757 blessées par des mines et des restes explosifs de guerre. Les chiffres réels sont selon toute vraisemblance beaucoup plus élevés, car les informations en provenance de zones où des hostilités intenses se déroulent ou se sont déroulées, telles que Marioupol, Lyssytchansk, Popasna et Sievierodonetsk, sont encore en attente de corroboration. Les infrastructures éducatives et médicales ont également subi des dommages considérables : 437 infrastructures médicales et 972 infrastructures éducatives ont été
détruites ou endommagées.

La guerre a également exacerbé les inégalités préexistantes pour les personnes handicapées et les autres personnes exposées à un risque accru de discrimination, d’exclusion, de marginalisation et/ou de violation de leurs droits. L’Évaluation de l’impact
humain (juin 2023) a montré que les ménages déplacés ainsi que d’autres groupes vulnérables, notamment les personnes âgées, les familles nombreuses et les personnes souffrant de maladies chroniques ou de handicaps, sont ceux dont le niveau de vie, la santé et l’éducation sont les plus gravement impactés par la guerre. En particulier, l’inégalité
d’accès aux services touche de manière disproportionnée les personnes handicapées, les personnes âgées, les ménages à faibles revenus, la communauté rom au sens large, et se traduit par des disparités géographiques.

L’utilisation d’armes explosives en zones peuplées (EWIPA), à savoir les villes et les villages, ou tout autre lieu où vivent des civils, a des conséquences à la fois directes et indirectes. L’impact de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées est souvent associé aux grands centres urbains densément peuplés et dotés de réseaux et d’infrastructures étendus. Cependant, les zones difficiles d’accès, y compris les petites villes et les villages, parfois plus proches des lignes de front et fortement tributaires de ressources et d’infrastructures limitées, démontrent également le schéma systématique et spécifique de dommages causés par les armes explosives pendant et après les conflits armés. Le présent rapport se concentre sur des études de cas dans les oblasts de Kharkiv, Kherson et Mykolaïv pour mettre en évidence les effets directs et indirects de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées, et identifier les principaux défis ainsi que les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour répondre aux besoins humanitaires et assurer la protection des civils. Il se concentre sur les zones difficiles d’accès dans ces régions pour démontrer les impacts sur l’accès aux services, notamment les impacts spécifiques sur les infrastructures, en prenant en compte comment l’utilisation d’armes explosives exacerbe les facteurs de vulnérabilité et limite à la fois l’accès de la population aux services vitaux et l’accès des acteurs humanitaires. Le rapport examine également l’impact sur les civils, notamment des attaques directes et de la contamination à long terme, en termes de victimes, de maisons et d’infrastructures détruites, de déplacements forcés et de limitation des moyens de subsistance.

Le présent rapport vise à mettre en lumière les conséquences humanitaires de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées en Ukraine et à définir comment la protection des civils peut être renforcée, en prenant en compte la Déclaration politique sur le renforcement de la protection des civils contre les conséquences humanitaires découlant de l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées, adoptée par 83 États en novembre 2022.
L’impact de la guerre en Ukraine illustre les défis et les effets dévastateurs de l’utilisation d’armes explosives en zones  peuplées, auxquels la Déclaration politique entend apporter une réponse.

Lire l’étude de cas

Partager sur :
Share on Linkedin